• Accueil
  • > Astroblème de Rochechouart

Voici une page consacrée à Rochechouart faisant la synthèse des différentes études faîtes sur le seul astroblème de France : Rochechouart-Chassenon.

Lorsqu’on arrive dans ce coin de France à la croisée de la Haute-Vienne et de la Charente on remarque la nature bien différente des roches avec lesquelles sont érigés les édifices. Une fois dans le cœur du village de Rochechouart on comprend mieux l’évènement qui a frappé la région il y a 214 millions d’années environ. Tous les bâtiments sont bâtis en brèches d’impacts, de l’église jusqu’au château du village.

Astroblème de Rochechouart eglise-rochechouart-1-206x300

La particularité de l’église de Rochechouart est son clocher tors qui forme une flèche hélicoïdale, on retrouve une centaine de ce type de clocher en Europe.

eglise-rochechouart-225x300

Nous voici au pays de la météorite où les commerces profitent de la découverte de l’astroblème pour donner le nom de météorite sur leur enseigne. Les curieux, scientifiques et touristes visitent ce site unique en France. Lors de ma visite en 2012 je fus impressionné de me retrouver en plein cœur du cratère, où l’érosion a fait son œuvre et sous nos pieds par endroit des dizaines de mètres de roches brisées, pulvérisées par l’évènement, chaque roche raconte ce passé chaotique et malgré cela ce n’est que dans les années 70 que l’origine météoritique fût dévoilée. Ces roches ont été utilisées durant des siècles pour la construction de bâtiments sans que quiconque ne connaisse la réelle nature de ces roches particulières, l’origine volcanique fût longtemps admise pour expliquer la formation de ces pierres et pourtant ce n’est pas des entrailles de la Terre qu’il fallait regarder mais bien du côté du ciel.

Resituons nous dans le temps au moment de la formation du cratère voici 214 millions d’années environ. Ce qui deviendra la France se situe alors au niveau du tropique du Cancer.

La vie s’écoulait paisiblement lorsqu’une météorite pierreuse d’1,5 kilomètre de diamètre et de 6 milliards de tonnes traversa l’atmosphère à une vitesse de l’ordre de 20 km/seconde. Elle vint percuter le socle cristallin du massif central à 4 kilomètres à l’ouest de Rochechouart au lieu-dit La Judie commune de Pressignac.

L’énergie cinétique de la météorite se transforma alors en énergie mécanique et thermique de grande ampleur.

A 0,2 seconde après l’impact la température monte à 10 000 °C au point d’impact, sous les pressions énormes de l’ordre de 100 000 à 500 000 GPa, la profondeur du cratère atteint rapidement 2 kilomètres alors que les pressions et les ondes de choc atteignent 6 kilomètres de profondeur en seulement deux secondes avant la décompression du socle. 13 km cube de roches furent vaporisées, 66 km cube furent pulvérisées, en 42 secondes le cratère fût formé. Les éjectas de roches brisées et de poussières retombèrent sur toute la région et l’accalmie commença après 10 minutes de chaos total, les brèches s’empilèrent sur une centaine de mètres au-dessus du cratère primitif. Quelques millièmes de secondes avant l’impact l’onde de choc dans l’air, puis l’impact, l’explosion a donné lieu à une gigantesque nuée ardente dans laquelle se mêlaient des gaz chauds issus de la vaporisation de roches et de la météorite elle-même, vapeurs toxiques, séisme, effet de souffle, toute vie fût annihilée sur un rayon de 200 kilomètres autour du cratère. L’énergie dégagée par l’impact a pour équivalent 14 millions de fois la bombe qui s’est abattu sur Hiroshima soit un séisme de niveau 11 sur l’échelle de Richter, la taille du cratère ainsi formé est estimée à 20 kilomètres de diamètre.

Depuis la formation du cratère de profondes modifications ont transformé le paysage, d’abord la mer du jurassique qui a probablement recouvert le cratère, les sédiments se sont accumulés protégeant ainsi le cratère durant des millions d’années de l’érosion continentale après le retrait de cette mer. La formation des Pyrénées et ensuite celle des Alpes ont entraîné un soulèvement et un basculement du Massif central ainsi que des mouvements de compression. L’érosion a repris avec force, éliminant la couverture sédimentaire, puis a entaillé profondément les impactites et le socle sous-jacent. Aujourd’hui, la morphologie typique du cratère a totalement disparu. Les brèches qui se trouvaient au fond du cratère ne subsistent que sur les plateaux sous forme de lambeaux, sur une ellipse de 12 km de grand axe sur 9,5 km de petit axe.

lentille-rochechouart-225x300rochechouart-chateau-et-breche-j2m-300x225monticues-breche-rochechouart-225x300carriere-champagnac-poster-300x225Cliquez sur les images pour les agrandir

Copyright Jean-Michel Masson

Page encore en construction, bientôt la suite !!!

1 commentaire à “Astroblème de Rochechouart”


  1. 0 Fred 29 oct 2013 à 13:33

    Bonjour, vous écrivez « L’énergie dégagée par l’impact a pour équivalent 14 millions de fois la bombe qui s’est abattu sur Hiroshima soit un séisme de niveau 11 sur l’échelle de Richter ». En fait l’impact a été plus puissant avec près de 20 millions de x Hiroshima. Par contre l’échelle de Richter n’est pas adaptée pour ce type d’évènement. Un tremblement de terre dure quelques dizaines de secondes. Un impact ne dure qu’une fraction de seconde. Le séisme ainsi provoqué n’a rien à voir avec un séisme naturel. Ce qu’on peut par contre utiliser, c’est l’échelle de Mercali qui fonctionne sur l’ampleur des dégats. On est ici à une force 10. Cela correspond peu ou prou à un séisme de 8.2 Richter.

    Vous dites aussi que toute vie a été anihilée dans un rayon de 200 km… non, c’est le diamètre qui fait 200 km, le rayon est de 100 km.

    Vous pourrez regarder l’article que j’ai écrit sur Wikipedia. J’y donne des comparaisons vérifiées de tous ces paramètres.

    Cordialement

    Fred

    Répondre

Laisser un commentaire



La vaccination |
100% animaux |
Dr Chérif Sadia |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | msk6
| Sciences de la Vie et de la...
| TPE cheval